Rencontre avec Stéphanie Nobleaux, responsable de parc : « Ensemble, nous pouvons aller plus loin »

 photo_article.jpg

Stéphanie Nobleaux a rejoint Algeco il y a deux ans. Responsable de parc sur le site de Martillac, elle est l’une des deux femmes du Groupe, en France, à exercer cette fonction. Un poste de management qui requiert autant de rigueur que de qualités humaines.

 

Remettre les modules en état à leur retour de location pour leur donner une nouvelle vie : c’est la magie qu’opèrent chaque jour les équipes de l’agence Algeco Bordeaux, sous le pilotage de Stéphanie Nobleaux. « En tant que responsable de parc, explique-t-elle, mon rôle est de coordonner l’ensemble du process qui va de l’arrivée des modules après leur restitution jusqu’à leur réexpédition une fois reconfigurés. Cela nécessite une gestion efficace des flux et du travail des collaborateurs pour garantir sécurité, qualité, coût et délais. » Stéphanie manage aujourd’hui une équipe d’une vingtaine de personnes : magasiniers, caristes, et techniciens.

L’envie d’accompagner

Le management n’était pas sa vocation initiale. Stéphanie a en effet commencé sa carrière comme opératrice en intérim chez un équipementier automobile. Mais au final, elle est restée 17 ans dans l’entreprise. «Le fait d’avoir repris mes études après la naissance de mon premier enfant m’a mis le pied à l’étrier, estime-t-elle. On m’a proposé un poste en qualité, puis aux méthodes d’amélioration continue, en tant que superviseur de production et enfin responsable logistique. Ce parcours a développé mes compétences professionnelles et mon goût du management.»

Après avoir déménagé, Stéphanie a recherché un nouvel emploi. «Ce qui m’a attirée chez Algeco, c’est le défi de changer de secteur, mais aussi l’envie de piloter une équipe à taille humaine. Car ce que j’aime, c’est accompagner les gens au quotidien afin de les faire monter en compétences et d’améliorer leur travail.»

Être juste

Évoluer dans un milieu masculin ne lui pose pas de problème. « C’était déjà le cas dans mes dernières fonctions et cela me convient très bien, indique-t-elle. Je pense que l’important est d’être juste et de démontrer que la rigueur et la persévérance portent leurs fruits. On gagne alors en légitimité et en crédibilité et tout se passe bien. Sous certains aspects, il est parfois plus facile de manager des hommes que des femmes ! »

En deux ans, Stéphanie a su faire évoluer les process et l’organisation du parc pour améliorer la fluidité et la productivité. Toujours prête à relever de nouveaux défis, elle a récemment mis en place des séances d’échauffement musculaire, pour éviter les accidents du travail. « Les équipes ont souri, raconte-t-elle, mais elles ont compris les bienfaits que cela peut leur apporter. C’est important de fédérer et de faire adhérer, car c’est ensemble que nous pouvons aller plus loin ! »

18%

C’est le pourcentage de femmes salariées du BTP étant cadres.  

Source : Fédération Française du Bâtiment

Partager cet article :
Articles liés