« Côté sécurité, nous sortirons de la crise plus forts ! »

Gislain BERENGUER est Responsable QHSE et Lean France chez Algeco. Il nous présente ici les priorités de l’entreprise en matière de sécurité des employés. L’occasion de faire le point sur les actions menées pendant la crise liée au COVID-19.

ALGECO LE MAG : Comment s’organise la sécurité des salariés chez Algeco ?

Nous n’avons pas attendu la crise du COVID-19 pour mettre la sécurité de nos salariés, de nos clients et des usagers des bâtiments au cœur de notre métier, de notre quotidien. C’est même le point de départ de toute notre action, y compris au niveau du management. Ce n’est pas un hasard si chaque comité exécutif démarre par un « comité sécurité et une revue des actions de prévention ». Il y a 3 ans environ, nous avons accéléré le mouvement en termes de sécurité en mettant en place un plan de management de la santé et de la sécurité. Cette démarche intègre le 5S* (débarrasser, ranger, nettoyer, standardiser, impliquer) et se caractérise par une montée en compétences des managers. Tout est mis en œuvre pour qu’ils puissent atteindre un niveau d’excellence en matière de sécurité pour mieux transmettre les bonnes pratiques à leurs équipes. Sur nos sites, nos managers animent au quotidien des réunions opérationnelles reprenant les items sécurité, qualité et production. Ces réunions permettent de revenir sur les faits marquants de la veille et de vérifier le suivi des plans d’actions. Entre les managers et les collaborateurs, le retour d’informations est perpétuel.

Algeco site Fabrication
Photo prise sur un site de fabrication avant la crise COVID-19

Chez Algeco, nous travaillons énormément sur les comportements. Nous voulons ancrer la culture de la sécurité au sein de l’ensemble de l’organisation. Chacun doit être imprégné de ces connaissances pour se protéger soi-même, mais aussi pour interagir avec toute personne « en dérive » afin de la sensibiliser et la remettre dans le droit chemin. L’humain est au cœur de l’action, l’objectif étant de progresser sans cesse sur la courbe de Bradley (étude et mesure de la conscience sécuritaire) afin que tout le monde « partage la sécurité ».. Là où l’impact des actions se ressent, c’est quand la sécurité s’instaure « sans chef », ce qui veut dire que chacun veille à la sécurité de ses pairs, sans avoir besoin d’un manager qui intervienne. Sur nos sites, ces signes sont tangibles et c’est une réelle satisfaction.

D’un point de vue technique, le travail en hauteur est un des principaux risques sur nos chantiers, c’est pour cette raison que nous avons déployé depuis des années des mesures de protection collectives sur les installations de nos chantiers. 

Chantier batiment modulaire
Photo d’un chantier avant la crise COVID-19

ALGECO LE MAG : La crise sanitaire actuelle liée au COVID-19 n’est pas sans conséquence sur votre travail… Quelles actions avez-vous mises en place pour vous adapter à cette situation ?

Nous avons immédiatement mis en place une cellule de crise et de pilotage. Le fait d’être dans un groupe international nous a permis de prendre une longueur d’avance sur « la vague ». Ainsi, la Chine et l’Italie, durement touchées avant nous, ont pu nous servir de référentiel. Nous avons ainsi pu mettre en place notre programme de crise, axé autour de trois actions majeures.

 

Tout d’abord, nous avons instauré le télétravail pour les salariés dédiés à l’administratif, en étroite collaboration avec le département IT. Nous avons rapidement permis à chacun de travailler depuis son domicile.

 

Ensuite, nous nous sommes attelés à l’organisation sur les sites de production, car n’oublions pas que l’activité continue ! Nous participons à l’effort collectif national, notamment en fournissant des modules à l’univers hospitalier. Nous avons mis en place dans nos ateliers des « routines » pour les managers reprenant les actions clés des communications énoncées par le Gouvernement : communication des gestes barrières, mise à disposition en quantité de gel hydroalcoolique, savons, gants… Nous avons également multiplié les opérations de désinfection avec un nettoyage systématique deux fois par jour des locaux sociaux. L’effort a été particulièrement important en termes de fourniture de masques à visière permettant aux collaborateurs de continuer à travailler en maintenant les distances de sécurité essentielles entre eux. En cette période, le principe est simple et intangible : un opérateur par module pour éviter tout risque d’interaction. Nous avons aussi régulé les passages dans les vestiaires en faisant passer les salariés par petits groupes, le matin et le soir. Même principe dans les cantines et salles de pose : nous fragmentons les passages.

 

Pour finir, nous avons bien sûr étroitement œuvré avec les partenaires sociaux. Durant toute la crise, une commission santé sécurité et conditions de travail nationale exceptionnelle est organisée chaque semaine. Cela permet de s’ajuster au fil du temps en fonction de l’évolution de la pandémie, de compiler et d’analyser les remontées terrain.

photo-realisation-covid19-gazopale
32 modules Advance+ ont été livrés à Gaz Opale pour que les collaborateurs aient accès à des chambres et des sanitaires. Sans eux, ce maillon essentiel de l’approvisionnement en énergie n’aurait pu maintenir son activité.

ALGECO LE MAG : Quel est l’accueil des équipes face à ces contraintes ?

Quand nos salariés ont vu les moyens mis en place pour la sécurité, notamment la mise à disposition des protections individuelles physiques, en premier lieu les précieuses visières, ils ont été rassurés. Ils se sont aperçus que les précautions étaient non seulement adaptées, mais aussi nettement plus drastiques que celles mises en place dans la vie courante. Oui, nous nous sommes tout de suite donné les moyens de maintenir l’activité tout en préservant la santé de nos collaborateurs. Je citerais ici l’exemple d’un manager de site qui a contacté un salarié pour lui proposer de revenir travailler. Celui-ci était réticent : quand il a vu les moyens mis en place, il a tout de suite repris son poste, réadapté en fonction de priorités de sécurité.

 

ALGECO LE MAG : Que retirerez-vous de cette « expérience » en termes de sécurité ?

C’est un peu tôt pour le dire, mais il est évident qu’à l’issue de cette crise, les comportements individuels vont changer. Nous avions travaillé depuis 3 ans sur les comportements : c’est exactement à ce niveau que les choses vont le plus évoluer. La sortie de crise marquera à n’en point douter un changement de mentalité et une prise de conscience encore plus grande des enjeux liés à la sécurité, du rôle primordial de chacun pour l’instaurer et la préserver. Nous aurions tous préféré nous passer de cette crise dramatique, mais du point de vue de la sécurité, nous en sortirons encore plus forts.

 

 

*Les 5S désignent cinq principes dont les appellations commencent par le son « S » : Seiri, Seiton, Seiso, Seiketsu et Shitsuke (japonais). Nous pouvons résumer ces règles comme suit : se débarrasser du superflu, ranger chaque chose à sa place, nettoyer, standardiser et optimiser.

Partager cet article :
Articles liés