Le modulaire fait partie du processus de transition et de transformation des territoires

Arnaud Le Marchand s’intéresse particulièrement à la notion d’habitat et de travail mobiles.
Il revient pour nous sur les atouts potentiels du modulaire pour les collectivités, mais aussi la nécessaire évolution des mentalités à son sujet. Rencontre.

 

Quels sont les avantages du modulaire pour les collectivités ?

ARNAUD LE MARCHAND : Alors que les collectivités vivent encore beaucoup avec la notion de permanence des constructions, le modulaire présente de nombreux atouts. Au-delà de l’aspect « gains de coûts et de temps », il permet ainsi des organisations transitoires de l’espace et répond aux contraintes ponctuelles, grâce à sa légèreté d’installation. Pour que les élus s’approprient le modulaire, sa perception doit évoluer : oui, le modulaire peut être noble et à forte valeur ajoutée. Il permet de répondre à des situations d’urgence, mais aussi d’adapter des parcs de logements ou d’équipements à des situations particulières et mouvantes. La dimension RSE du modulaire est également à prendre en compte car en dehors de « propreté » des chantiers, tout est conçu pour un respect total des règles environnementales, avec des services associés de plus en plus respectueux de la nature et des individus : climatiseurs dernière génération, recyclage de l’air, norme RT 2012…

 

Quels sont les projets les plus pertinents ?

A. LE M. : Faire le choix de constructions modulaires peut être, par exemple, une solution tout à fait pertinente pour remédier au manque de logements étudiants : dans cet univers plus qu’ailleurs, l’impératif de rapidité est primordial. Tout doit être créé vite et bien, souvent au dernier moment, en fonction des évolutions des effectifs des universités ou autres écoles d’une année sur l’autre. Cela permet également d’adapter les structures scolaires/universitaires pour être en capacité d’assurer les cours dans les meilleures conditions possibles.

Historiquement, le modulaire a fait beaucoup pour notre pays. Ainsi, après la deuxième guerre mondiale, les reconstructions provisoires ont permis notamment aux collectivités de l’ouest de la France de se «réparer» plus rapidement, en érigeant de nouvelles constructions rasées pendant le conflit : lycées, centres de soins, logements, équipements sportifs, marchés…


En quoi le modulaire accompagne-t-il la mobilité et participe-t-il au développement des territoires ?

A. LE M. : Le Forum des Vies Mobiles que j’anime avec d’autres contributeurs porte sur les mobilités des personnes liées au travail, mais aussi découlant de choix personnels. Précisément, ces mobilités concernent également les équipements publics. Grâce au modulaire, ceux-ci peuvent devenir « mobiles » à travers tout un territoire, et ce, de façon durable : établissements scolaires, pôles de consultations médicales, centres d’hébergement… Ces utilisations temporaires de l’espace imaginées avec des équipements publics rapides à installer, à démonter et à réinstaller font partie des processus de transition et de transformation des territoires. C’est valable pour les requalifications d’espaces, de même que pour les usages innovants, en devenir.

 m._le_marchand.png

Le modulaire fait partie du processus de transition et de transformation des territoires 

Arnaud Le Marchand
Maître de conférences en sciences économiques à l’université du Havre
Partager cet article :
Application 
Collaborer
Construire
Articles liés