À l’ère du bâtiment “pluriel”, la flexibilité est la clé du succès

 algeco_mag_interview-eb-sba-maj_finale.jpg

Combiner transition numérique et transition énergétique au service de tous les usagers : telle est la devise de la Smart Buildings Alliance for Smart Cities (SBA). Son président et cofondateur, Emmanuel François, nous présente l’association à laquelle appartient Algeco et évoque le rôle central du modulaire dans la ville de demain.

Pourquoi avoir créé la SBA ?

Emmanuel François : Le numérique bouleverse tous les secteurs, y compris celui de la construction. Le rapport du bâtiment à la ville s’en trouve totalement repensé. Voici pourquoi nous avons créé en 2012 une organisation transversale capable d’accompagner tous les acteurs dans leur transformation numérique. C’est une approche unique au monde, les autres initiatives étant jusque-là fortement connotées « métiers ». Le but est de bâtir des écosystèmes susceptibles de « porter » ces mutations, mais aussi de créer des référentiels partagés par tous les acteurs, que l’on parle d’industriels, de bureaux d’études, d’architectes ou de start-up.

Quelles sont les actions concrètes de la SBA ?

E. F. : La première initiative de notre association a été la rédaction d’un guide Ready 2 Services ayant pour vocation de devenir le « cadre de confiance » du bâtiment urbain de demain. Destiné aux maîtres d’œuvre et aux investisseurs, ce document passe en revue les enjeux majeurs pour réussir la transition numérique : comment connecter le bâtiment ? Comment assurer la confidentialité et la sécurité des données ?...

Quels sont les impacts concrets du numérique dans le bâtiment ?

E. F. : La gestion en temps réel avant tout ! Avec Internet au service de la ville, nous vivons une révolution des usages. On réserve les espaces en quelques clics, on connaît instantanément la consommation énergétique… La mutualisation des équipements et des infrastructures s’en trouve facilitée. Les bâtiments seront – à terme – décorrélés de la propriété, ouverts à tous. Ça a déjà commencé pour la mobilité avec le déploiement de services liés aux véhicules électriques… C’est au tour du bâtiment ! Nous entrons dans l’ère du « bâtiment pluriel », et, dans ce contexte, la flexibilité est la clé du succès. Quel mode de construction offre cette indispensable souplesse ? Le modulaire. C’est inconcevable de s’en passer.

Est-ce donc la fin de la construction classique ?

E. F. : Une chose est sûre, le « tout cloisons rigides » a vécu. Il faut aujourd’hui concevoir différemment le bâtiment et imaginer ses services associés. Ce sont ces derniers qui feront la valeur d’un bâtiment et non plus sa localisation. Le modulaire s’adapte parfaitement à tous ces changements, et c’est cela qui en fait LA construction contemporaine de référence. C’est pourquoi Algeco a toute sa place parmi les 300 entreprises membres de la SBA. Nous allons tout mettre en oeuvre pour que chacun ait conscience de l’importance du modulaire dans le bâtiment. À ce sujet, n’oublions pas que la France est en retard par rapport à des pays comme les États-Unis, les Pays-Bas ou le Japon. La SBA doit servir d’influenceur dans la constitution des nouveaux référentiels du secteur, dans lesquels le modulaire a une carte à jouer.

 

Plus d’informations sur la SBA : www.smartbuildingsalliance.org

Partager cet article :
Articles liés