Pôle sanitaire Cerdan Une collaboration Algeco-architecte au sommet

Le quotidien des équipes Algeco sur le terrain consiste, notamment, à travailler en bonne intelligence avec les architectes mandatés sur les projets. Pour la mise en œuvre de l’unité gériatrique du Pôle sanitaire Cerdan à Err, dans les Pyrénées Orientales, ce partenariat de haut-niveau a contribué à l’excellence de la réalisation. Monsieur Christel FABRE, Commercial Algeco, et Monsieur Frédéric BOMBARDO, architecte, nous détaillent les coulisses de la réalisation et de leur collaboration.

 

Quelle était la demande initiale du client ?

Christel FABRE : Il s’agissait de réaliser une unité gériatrique complète, incluant un pôle administratif et des structures d’accueil pour les patients. La commande provenait du Groupement de Coopération Sanitaire (GCS) Pole sanitaire Cerdan. Parmi les nombreux souhaits du client figurait en priorité la volonté de rester en harmonie avec le bâtiment principal déjà en place, très moderne et « haut de gamme ». À 1 200 mètres d’altitude, le projet devait également prendre en compte la résistance aux températures extrêmes ; adopter les normes sismiques de niveau 4 et répondre aux exigences de la RT2012. Il est très rare que ce niveau de protection figure au cahier des charges d’un projet, mais cette zone des Pyrénées Orientales étant l’une des plus exposées aux tremblements de terre en France, il nous est impératif de prendre en compte ces mouvements, malgré leur faible intensité. Avec Olivier BELLINA, Directeur Commercial Algeco, nous savions que nous étions en mesure de répondre à ces attentes. Il fallait cependant valider nos options avec les différentes parties prenantes, en particulier l’architecte, M. BOMBARDO.

 

Frédéric BOMBARDO : Il y avait effectivement tous ces éléments à prendre en compte, avec une dimension supplémentaire cruciale qui m’a immédiatement guidé vers une solution modulaire. En effet, le client, soucieux de sa démarche RSE, souhaitait que son chantier ne gêne pas les activités de la maison de retraite médicalisée existante et engendre un minimum d’impacts au niveau de l’environnement. En résumé, il nous était demandé de réaliser un chantier propre et rapide. Cela passait par le respect des aménagements existants sur le parking de l’établissement, partie accueillant les travaux. Pas de sable, pas de gravier, pas de monticule disgracieux, pas de grue. Aucun autre mode de construction ne pouvait cocher toutes les cases de cette demande, sauf le modulaire ! Dès lors, pour le maître d’ouvrage comme pour moi, le recours à ce type de réalisation s’est imposé comme une évidence.

 

Comment avez-vous collaboré tout au long du chantier ?

CF : Dès que M. BOMBARDO nous a sollicités, nous avons planché sur le cahier des charges. Une fois les grandes lignes tracées et les questions purement commerciales traitées, nous avons mis M BOMBARDO en contact avec notre Bureau d’études. C’est assez rare, mais l’architecte est resté en relation avec le bureau tout au long du projet… Preuve d’un professionnalisme et d’une exigence soutenue et partagés avec nos propres méthodes de fonctionnement. Ainsi, ce mode opératoire a permis, à chacun, d’avoir une visibilité en temps réel sur les prestations et les aménagements à réaliser. Le choix d’une gamme standard, Progress, avec des éléments déjà existants, fabriqués en usine, a facilité la maîtrise des coûts et des délais. En outre, à travers une identification en amont de toutes les composantes du chantier, nous avons pu présenter à notre client un budget au plus près du réel. Cette anticipation des coûts s’est d’ailleurs révélée juste par la suite.

 

FB : Dès que nous avons signé les marchés, je me suis mis en relation avec le Bureau d’études d’Algeco pour mettre au point les plans d’exécution. M. Alain PAYEN, directeur de travaux Algeco sur ce projet, a rapidement pris en charge la coordination avec les sous-traitants. Ce n’était pas une mince affaire car sur le Pôle sanitaire Cerdan, les intervenants étaient particulièrement nombreux. Je tiens à insister sur l’excellente gestion des priorités de M. Payen et son efficacité, qui nous ont permis de tenir les délais et d’optimiser les compétences de chacun. Pour un meilleur déroulé du projet, nous avons mis en place des réunions de chantier hebdomadaires, complétées par d’autres rencontres, au moins une fois par semaine également. Cela a permis de répondre rapidement aux questions des uns et des autres et de faire en sorte que la collaboration soit fluide. Le travail main dans la main ne peut qu’avoir des résultats probants.

 

Chantier propre, construction haut de gamme : objectifs atteints ?

CF : Totalement, le retour client a été très positif, notamment sur le côté « premium » de la réalisation. Il faut bien dire qu’avec la gamme Progress, nous disposons d’un atout unique sur le marché. Ces modules se démarquent par leurs lignes épurées et leur élégance. La force de Progress se trouve dans sa capacité à autoriser toutes les variations, tous les aménagements à l’extérieur et à l’intérieur. Pour exemple, M. BOMBARDO tenait à garder une harmonie visuelle avec le bâtiment voisin existant. Celui-ci est doté d’un bardage en stratifié Trespa® que nous avons l’habitude d’utiliser sur nos réalisations. Pour qu’il se fasse une idée du rendu sur nos mobiles, nous lui avons fait visiter l’une de nos réalisations se rapprochant le plus de celle du Pôle Sanitaire Cerdan. Cela lui a permis de décider ce qu’il souhaitait voir sur ce chantier. Nous avons trouvé ensemble la bonne formule, et même si ce type de bardage a un coût, il a été déterminant pour répondre à la volonté du client de disposer du bâtiment le plus proche de son aîné.

 

FB : Je reviens tout d’abord sur la propreté du chantier, et ce, en vous rapportant « du vécu ». Si je dois résumer : pour ce projet, nous évoluons sur le parking d’un établissement moderne, dans un environ entièrement montagnard, au cœur des stations de ski. Mon bureau est à 500 mètres des travaux. Aussi, je ne peux être mieux placé pour comprendre le souhait du client de ne pas perturber la quiétude des habitants, des patients et de respecter notre superbe environnement. Je vous avoue que quand les « gens du coin » ont vu le sous bassement en béton brut et les camions aussi imposants que bruyants, ils n’ont pas sauté au plafond et se sont imaginés la mise en œuvre prochaine d’un gros bâtiment. Je les ai rassurés, et quand ils ont vu la rapidité de pose et la propreté d’ensemble du chantier, ils ont rapidement mis leurs inquiétudes de côté. L’accueil de ces modules a en plus été servi par son « look », effectivement très élégant avant même la moindre optimisation : ils n’ont rien à envier à un bâtiment classique et en plus, ils ne sont pas salissants. Que demander de plus ?

 

CF : Je reviens sur les atouts des modules Progress : il n’y a pas d’équivalent sur le marché en termes d’esthétique. Quand nous avons proposé cette gamme à M. BOMBARDO, nous avions avec M. BELLINA la certitude de correspondre à ses critères. Nous étions même persuadés qu’il serait agréablement surpris par l’aspect résolument haut de gamme du « Progress ».

 

FB : C’est vrai, je ne suis pas un spécialiste du modulaire, j’ai donc été très agréablement surpris par l’esthétique des modules Progress. Restait cependant à choisir les bonnes couleurs pour ressembler à l’autre bâtiment. Celui-ci est blanc cassé, gris clair et rouge clair… et il est largement plus grand que la construction modulaire. Nous avons donc pris les mêmes tons et nous les avons plus contrastés. Ces couleurs, plus soutenues, permettent ainsi au bâtiment créé, plus petit, de se forger une personnalité, d’être plus incisif. Avec ses matériaux et ses tonalités, ce n’est pas une pâle copie de l’ancien bâtiment : c’est exactement le « petit frère » formulé par le client lors de sa demande initiale. Je suis particulièrement fier de cette réalisation, y compris à l’intérieur, au niveau des équipements, des cloisonnements et des finitions en tous points remarquables. Mon regard sur le modulaire a considérablement évolué, c’est certain !

 


 

Le Pôle sanitaire Cerdan à la loupe

 

Gamme : Progress 2 Feu (stable au feu et conformité thermique RT 2012).

Nombre de modules : 4 modules de 18 m2 et de 8 modules de 30 m2 sur une surface totale de 321 m2.

Durée du chantier : moins de 8 semaines.

Spécificités-équipements : escalier intérieur, faux plafond avec luminaires en LED. Deux types de bardages à l’extérieur : bardage métallique et Trespa® (stratifié hautement compressé). Garde-corps avec échelle à crinoline en toiture et en sur toiture. À l’intérieur, fenêtres en PVC et baies vitrées en aluminium.

 


 

Partager cet article :
Application 
Articles liés