« Le modulaire : vers une construction plus écoresponsable »

Algeco s’est associée à l’ENSA Nantes pour inviter des étudiants en dernière année de Master d’architecture à s’inspirer du modulaire pour imaginer la base vie du futur . Trois des projets présentés ont particulièrement retenu l’attention du jury, dont celui de Chloé Leric.

 

 

Pouvez-vous présenter brièvement votre projet de base vie du futur ?

 algeco-magweb-concours_ensa-chloe_leric.jpg
Mon projet est une réflexion sur le bien-être. Mon travail était centré sur la façon de tirer le maximum de l’aspect modulaire de la base vie en créant un nouveau module plus petit qui viendrait s’ajouter à une échelle plus réduite. Le but : faciliter la circulation dans la base vie, simplifier les transitions entre les différents usages, et apporter plus de confort.  

 

 

 

Outre dans les bases vie, le modulaire est aujourd’hui utilisé dans de nombreux secteurs : éducation, santé, bureaux et locaux d’entreprises… Comment expliquez-vous cette attractivité ?

Avec un catalogue restreint, le modulaire permet une grande variété de solutions. Cette logique industrielle, très pragmatique, est une grande force qui fait du modulaire un mode de construction à la fois hyper adaptable et hyper évolutif.

 algeco-magweb-concours_ensa-episode3_contenu.jpg

Si vous aviez carte blanche pour réaliser un bâtiment modulaire, que construiriez-vous ?

Le modulaire est idéal pour réaliser du logement d’urgence. À la fois très rapide, peu coûteuse et adaptable, la construction modulaire pourrait être un élément de solution – si ce n’est pérenne, au moins temporaire – à l’énorme crise migratoire à laquelle nous faisons face. Cela permettrait d’héberger des demandeurs d’asile dans des conditions humaines.  

Comment imaginez-vous le modulaire dans 50 ans ?

C’est difficile de se projeter si loin, mais j’imagine que le modulaire va évoluer vers un mode de construction plus écoresponsable. Nouveaux matériaux, nouveaux isolants, nouvelles manières de construire, recherches sur la maison intelligente… Le potentiel est immense.

 algeco-magweb-concours_ensa-episode3_leric.jpeg

Après 4 ans à l’ENSA Nantes, puis 1 an et demi à l’école Centrale, Chloé Leric a présenté son projet de fin d’études au 1er semestre 2020. Un stage d’ingénieur devait (au moment où nous écrivons cet article) lui permettre de compléter son double-cursus.

Chloé Leric
Ingénieur-architecte  
Partager cet article :
Application 
Articles liés