« Avec le modulaire, l’architecture de la ville se régénère »

Algeco s’est associée à l’ENSA Nantes pour inviter des étudiants en dernière année de Master d’architecture à s’inspirer du modulaire pour imaginer la base vie du futur. Trois des projets présentés ont particulièrement retenu l’attention du jury, parmi lesquels celui de Jonathan Jubé.

 jube.jpg

Pouvez-vous présenter brièvement votre projet de base vie du futur ?  

L’idée centrale de mon projet était d’appliquer les principes de l’économie circulaire à une base vie de chantier. Ce qu’on considère encore actuellement comme des déchets de construction sera – compte tenu de la raréfaction des matières premières et des impératifs environnementaux – de plus en plus vu comme des ressources. 

 

Outre dans les bases vie, le modulaire est aujourd’hui utilisé dans de nombreux secteurs : éducation, santé, bureaux et locaux d’entreprises… Comment expliquez-vous cette attractivité ?

Le modulaire complète l’architecture conventionnelle. Son caractère temporaire et adaptable est très utile dans certaines situations : l’événementiel, les constructions d’urgence, l’ouverture de classes dans les écoles… 

 

Si vous aviez carte blanche pour réaliser un bâtiment modulaire, que construiriez-vous ?

Par exemple une base scientifique installée aux pôles ou dans un milieu fragile. Le modulaire permettrait non seulement de s’adapter aux besoins du programme, mais aussi d’évoluer et d’être retiré sans aucun impact.

Comment imaginez-vous le modulaire dans 50 ans ?

Dans un avenir semi-proche, j’imagine le bâtiment modulaire construit à partir de « briques » standardisées, à la manière des Lego. Chaque bâtiment ainsi constitué d’éléments réutilisables serait facilement assemblable et démontable. La ville deviendrait alors un espace de stockage de matériaux prenant la forme d’une architecture qui se régénérerait en fonction des besoins sans consommer de nouvelles ressources.

Jonathan Jubé, ingénieur-architecte  

Après un double-cursus ingénieur-architecte réalisé à Centrale Nantes et à l’ENSA Nantes, Jonathan Jubé est (au moment où nous écrivons cet article) stagiaire architecte au sein d’une agence basée à Copenhague. Il travaille sur des projets d’économie circulaire à l’international.

Partager cet article :
Application 
Articles liés